Odeurs et H2S dans les dépôts de matériaux secs (DMS)

Odeurs et H2S dans les dépôts de matériaux secs (DMS)

odotech

Il est généralement entendu que les dépôts de matériaux secs (DMS) et les lieux d’enfouissement de débris de construction ou de démolition, de part leur nature en matière inerte, ne constitueront pas des sources de nuisances olfactives. En effet, contrairement à d’autres activités de gestion des matières résiduelles aucune matière putrescible n’y est enfouie.

Cependant, certains matériaux secs enfouis dans les DMS contiennent du placoplâtre (ou gypse ou gyproc). Dans certaines conditions, 4 tonnes de placôplatre peuvent générer approximativement de 1 à 1,4 tonnes de H2S ou sulfure d’hydrogène sous forme gazeuse. Le H2S est un gaz corrosif, potentiellement toxique à forte concentration mais surtout extrêmement odorant à l’état de trace. En effet, son seuil de perception olfactif est de l’ordre de 0,4 ppb ou 0,0004 ppm. Il est généralement associé à l’odeur d’œufs pourris et constitue l’un des gaz les plus odorants.

Dans un DMS, pour générer du H2S, il faut une décomposition anaérobie (sans oxygène), des matériaux contenant du sulfate et un milieu humide. De toute part, le sol contient des bactéries sulfato-réductrices sous forme de spores. Le placôplatre est principalement constitué de gypse. Le gypse (CaSO4.2H2O) est composé de sulfate. La décomposition anaérobie du placôplatre devient alors possible par l’attaque des bactéries sulfato-réductrices et permet la génération de sulfure d’hydrogène selon l’équation suivante:

CaSO4 + 4H2 ———–> Ca(OH)2 + H2S + H2O

Les sites de dépôts de matériaux secs peuvent donc émettre des émanations de H2S en quantités telles que des nuisances olfactives peuvent être causées dans le voisinage.

Cependant, les émissions sont généralement épisodiques et les nuisances varient en fonction de plusieurs paramètres dont la météorologie. Il est donc important pour les exploitants de DMS d’effectuer un suivi et une surveillance des émissions de H2S en continue afin de protéger la qualité de vie des riverains et alerter les exploitants en cas d’épisode d’odeurs. Il existe aujourd’hui des détecteurs ultra sensibles qui permettront de signaler la présence de H2S dès l’ordre de 2 ppb, bien avant que des concentrations nocives ou incommodantes n’atteignent les premiers voisins.

low%20PPB%20H2S%20Monitor[2]
Détecteur de H2S à proximité d’une zone résidentielle.

Le système OdoWatch H2S a été spécifiquement développé pour le suivi des odeurs de H2S. Il s’agit du premier système de gestion du H2S entièrement automatisé avec affichage en direct du panache avec le seuil de détection le plus faible sur le marché à un prix abordable.

schema_odosulf_new_fr[1]

Tous les sulfNoses (détecteurs de H2S) sont connectés sans fil à un système composé d’un ordinateur de commande à distance ainsi que d’une tour et d’une station météorologique sur site. En fusionnant les données météorologiques reçues de la station météo (fournie avec le système) avec celles envoyées par les SulfNoses, le système modélise la dispersion atmosphérique du H2S et affiche le panache (codé couleur selon la concentration) en superposition à la carte aérienne du site. Lorsque des seuils prédéfinis sont atteints, OdoSulf envoie des alertes automatiquement aux opérateurs qui peuvent ainsi prendre des mesures correctrices.

  • Annie Goudreau

    Bonjour, j’aimerais connaître les coûts d’un appareil de détection du H2S ? Votre entreprise est située à quelle endroit ?