L’intensité de l’odeur VS concentration odeur, la différence?

L’intensité de l’odeur VS concentration odeur, la différence?

odotech

Comme nous l’avons vu, la perception des odeurs résulte du traitement par le cerveau de stimuli localisés sur la muqueuse olfactive. Celle-ci peut être représentée par un grand nombre de récepteurs individuels qui émettent chacun un signal d’une intensité différente en fonction du mélange de composés adsorbés. À partir de cette information complexe, le cerveau établit d’abord une image odeur, puis la compare au répertoire d’images odeurs déjà acquises. Ces images odeurs sont associées au vécu de l’individu; l’appréciation de la qualité de l’odeur est alors suggestive, car elle fait intervenir l’expérience personnelle et les habitudes culturelles. S’il s’agit d’une nouvelle image odeur non référencée, le cerveau l’associera à l’événement vécu lors de la perception. Les principales informations caractéristiques de l’odeur perçue sont:

  • la qualité de l’odeur: la reconnaissance de l’odeur, et dans certains cas pour des individus très entraînés, la reconnaissance des principaux composés ou des principales odeurs «primaires» qui la constituent;
  • l’appréciation de l’odeur ou son caractère hédonique: l’identification du caractère plaisant ou désagréable de l’odeur;
  • l’intensité de l’odeur en fonction du caractère spécifique des composés odorants perçus, de leur composition et de leurs interactions mutuelles et avec la muqueuse olfactive.
  • Notre sens de l’odorat est semblable à notre perception des corps chauds ou froids: l’intensité de l’odeur perçue est très forte au début puis se produit une adaptation et une baisse progressive de la sensation ressentie. Pour chaque composé odorant, il existe un seuil en dessous duquel le composé n’est pas détecté. Au-dessus du seuil, l’intensité perçue n’est pas proportionnelle à la concentration, car un effet de saturation est observé: la loi de puissance de Stevens permet de décrire cette dépendance.

    Loi%20Stevens%20intensite%20odeur[2]

    Afin d’éliminer la subjectivité associée avec l’estimation de l’intensité odeur et, surtout, pour s’affranchir de la saturation observée à haute concentration, la notion de concentration odeur est maintenant privilégiée, car elle est objective et quantitative. Elle est basée sur le seuil de perception olfactive d’un mélange gazeux. Ce seuil est défini comme la concentration d’un mélange gazeux dans de l’air inodore à laquelle la moitié des membres du jury perçoivent une odeur, l’autre moitié ne la percevant pas. La détermination du seuil suppose donc qu’un jury de plusieurs personnes doit flairer diverses dilutions du même mélange gazeux;

    Olfactometry%20EN13725[2]

    la concentration de odeur est indépendante de la qualité de l’odeur et de son caractère hédonique. Par définition, le seuil de perception olfactive correspond à une concentration odeur de 1 u.o./m3 (unité odeur par mètre cube). Le nombre de dilutions nécessaires pour atteindre le seuil de perception à partir du mélange de gaz initial indique la concentration odeur.

    olfactometric%20dose%20response%20curve[1]

    Ainsi, si l’on doit diluer 5000 fois avec de l’air inodore un échantillon de gaz prélevé à la cheminée d’une usine afin d’obtenir un mélange gazeux correspondant au seuil de perception olfactive, la concentration odeur de l’effluent émis à la cheminée est de 5000 u.o./m3. La mesure de la concentration odeur s’effectue à l’aide d’un olfactomètre.

    Avez-vous besoin de mesurer des odeurs ?