Les odeurs peuvent-elles devenir une nuisance sur la qualité de l’air?

Les odeurs peuvent-elles devenir une nuisance sur la qualité de l’air?

odotech

L’odeur : une nuisance olfactive ?

Les odeurs constituent un facteur important de la qualité de l’air ambiant. Souvent associées à la pollution, leurs émissions peuvent incommoder les populations vivant à proximité de la source d’émission. Ce blog vise à permettre aux industriels de mieux comprendre la situation parfois vécue par leurs riverains.

Lorsque que les dérangements causées par les odeurs font place à une nuisance induite par une répétition et une sévérité des épisodes de pollution olfactive, l’article 8 de la convention européenne des droits de l’homme s’applique même en l’absence d’impact sérieux sur la santé (Frechen, 2001). En effet, une nuisance olfactive peut affecter indirectement la santé humaine si on se fie à la définition de la « santé » selon l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) : « un état de bien-être physique, mental et social et pas seulement comme l’absence de maladie ou d’infirmité » (Frechen, 2001).

En Allemagne, dans la région industrielle de la Ruhr (Winneke et Kastka, 1977) les effets sur la santé des personnes exposées à une nuisance olfactive ont été étudiées et classées selon trois niveaux, en fonction de l’impact des odeurs sur le confort, les comportements sociaux et la santé. Le traitement statistique des réponses recueillies dans les enquêtes menées auprès de la population a permis aux auteurs de dégager ces niveaux.

Facteur 1: Nuisance sensorielle générale

  • Perception distincte des odeurs dans le voisinage
  • Intensité des odeurs perçues
  • Fréquence de la perception d’odeurs
  • Perturbation olfactive des personnes “existe”
  • Niveau de la nuisance liée aux mauvaises odeurs
  • Niveau de la perturbation liée aux mauvaises odeurs
  • Fenêtres souvent fermées en raison de mauvaises odeurs
  • Inconfort lié à l’environnement olfactif
  • L’air a une odeur putride
  • Ventilation de l’appartement difficile
  • ”Air nauséabond” dans le voisinage
  • Dormir avec les fenêtres closes
  • odeurs environnementales insupportables
  • Plaisir réduit de la promenade à pied
  • Odeur bizarre dans l’appartement
  • Facteur 2: Fondements socio-émotionnels de la nuisance

  • Relations sociales réduites
  • Absence de plaisir à rentrer chez soi
  • Tensions familiales liées aux odeurs
  • Communication perturbée par les odeurs
  • Perte d’appétit liée aux odeurs
  • Confort de vie perturbé par les odeurs
  • Activités extérieures perturbées par les odeurs
  • Colère ou mauvaise humeur causée par les odeurs
  • Facteur 3: Fondements somatiques et végétatifs de la nuisance

  • Difficulté à s’endormir liée aux odeurs
  • Perturbation du sommeil liée aux odeurs
  • Maux de tête liés aux odeurs
  • Nausées causées par les odeurs
  • Accès de toux causés par les odeurs
  • Réflexion et lecture perturbées par les odeurs
  • Mauvaise humeur liée aux odeurs
  • Loisirs perturbés par les odeurs
  • Vomissements causés par les odeurs
  • Respiration normale incommodée par les odeurs
  • raffinerie%20odeur[2]

    Ces niveaux de facteurs relatent comment une nuisance sensorielle causée par les odeurs crée une nuisance à la qualité de vie; conduisant ainsi vers une nuisance socio-émotionnelle provoquant en bout de ligne des symptômes somatiques et végétatifs bien réels. Ces symptômes, quoique déclenchés à des concentrations souvent bien inférieures à celles pouvant causer des réactions de type toxique, ne peuvent être dissociés du concept de santé comme défini par l’OMS (Gingras et al., 2003).

    En présence d’épisodes odeurs, il devient important de quantifier la problématique d’une façon objective afin de déterminer si le niveau d’exposition est susceptible d’induire une nuisance. C’est-à-dire, s’agit-il d’un niveau d’exposition au seuil de l’inconfort occasionnel ou d’une nuisance à proprement parler.

    Pour ceci, difficile de se fier à son nez et quelques observations épisodiques. Il faut plutôt envisager des moyens objectifs de quantification des odeurs avec de solides statistiques sur l’occurrence des événements olfactifs. Il est notamment possible d’utiliser l’olfactométrie, la modélisation de la dispersion des émanations olfactives et les nez électroniques pour la mesure en continue des odeurs. Les résultats de fréquence de perception des odeurs pourront alors être comparés avec les certains standards internationaux ou les lignes directrice de l’OMS.

    Références:
    FRECHEN, F.-B. (2001). Regulations and policies. Odours in Wastewater Treatment – Measurement, Modelling and Control. London, UK, IWA Publishing.

    GINGRAS, B., GUY, C. et PAGÉ, T. (2003). Odeurs. Environnement et santé publique – Fondements et pratiques. Edisem: 499-516.

    WINNEKE, G. et KASTKA, J. (1977). Odour pollution and odour annoyance reactions in industrial areas of the Rhine-Ruhr region. Proceedings of the Sixth International Symposium on Olfaction and Taste, London.

    Avez-vous besoin de mesurer des odeurs ?

    Thierry Page
    Thierry Page
    Thierry Pagé, Founder & Senior Odor Expert, Odotech. Industry Leader in Odor Monitoring & Odor Management. Invented OdoWatch and revolutionized odor monitoring state of the art. He is passionate to serve the industry from WasteWater, Residuals & Waste, Mining, Agri-Food, Manufacturing and Petrochemistry. Participated in projects in more than 20 countries.