Blogue

Les couches atmosphériques et la dispersion des odeurs

L’atmosphère qui entoure notre planète est constituée de plusieurs couches possédant des caractéristiques propres de par leur composition, pression, profil de température… Généralement, on distingue quatre couches principales: l’exosphère, l’ionosphère, la stratosphère et la troposphère. Les deux premières, sont de moindre intérêt pour les problèmes de pollution olfactive. Les deux autres par contre attirent l’attention de nombreux scientifiques étant donnée leur influence directe sur la vie.

Couches%20atmosphériques[1]

La stratosphère se situe entre les dix et cent premiers kilomètres au dessus du niveau de la mer. Les racines grecques qui composent le mot décrivent bien la qualité de cette couche atmosphérique: “stratos” signifie strate et sphère provient de “sphera“.  En effet, la stratosphère est composée de couches d’air relativement en équilibre les unes par rapport aux autres. Ceci est dû au profil de température qui augmente avec l’altitude contrecarrant les effets de transport vertical de la turbulence. La stratosphère mobilise l’intérêt de plusieurs intervenants depuis quelques décennies suite au problème de la diminution de la concentration de l’ozone stratosphérique.

La troposphère est la couche atmosphérique immédiate à la surface du sol et celle qui nous intéressera le plus pour la compréhension de la dispersion des odeurs. En effet, c’est l’endroit où les polluants odorants seront émis et où ils seront perçus. Cette couche varie entre 8 et 12 kilomètres en épaisseur selon le relief et les conditions météorologiques. La troposphère comme ses racines l’indiquent, “tropos” transport, est synonyme de turbulences, fluctuations et mélanges. La troposphère peut être divisée en deux couches: la couche limite dont l’épaisseur est de ± 1 km à partir du sol et l’atmosphère libre qui complète les autres kilomètres. Cette couche est quasiment toujours en régime turbulent entrainant des fluctuations de vent et de concentrations des polluants odorants. Ceci a une incidence majeure pour la mesure des odeurs en air ambiant.

weather%20station%20odor%20monitoring[1]

Afin de pouvoir modéliser la dispersion des odeurs et mieux comprendre les conditions qui induiront des nuisances olfactives, il faut prendre en compte plusieurs paramètres tels que le relief, le type d’usage du terrain, les caractéristiques des émissions ainsi que les conditions météorologiques. Généralement, plus la prise des mesures météorologiques est proche de la source émettrice et plus la modélisation de la diffusion des odeurs sera précise.

Panache%20odeur%20equarissage[2]

Aimeriez-vous en savoir plus ? Contactez-nous!

February 3, 2011
odotech

Les couches atmosphériques responsables de la dispersion des odeurs

Les couches atmosphériques et la dispersion des odeurs L’atmosphère qui entoure notre planète est constituée de plusieurs couches possédant des caractéristiques propres de par leur composition, […]
January 27, 2011
odotech

Cheminée optimisée pour limiter les problèmes d’odeurs

Si vous êtes confronté à des problèmes d’odeur ou que vous apportez la touche finale à votre concept pour un processus impliquant des risques olfactifs avérés… […]
January 23, 2011
odotech

Diagnostic odeurs : comment et pourquoi

Vous exploitez un site de compostage, un site de gestion des déchets, une station d’épuration des eaux usées ou un quelconque processus dégageant des odeurs… savez-vous […]
January 19, 2011
odotech

Qu’est-ce que l’image odeur ? Qu’est-ce que l’empreinte olfactive ?

L’image odeur et l’empreinte olfactive L’image odeur correspond à l’interprétation d’une odeur par le cerveau humain, avec toutes ses associations. Par exemple : À l’âge de deux ans, […]
January 17, 2011
odotech

Similarités entre le nez électronique et la perception des odeurs

Le nez électronique et la perception des odeurs La perception des molécules odorantes par le nez humain se fait par l’intermédiaire d’un ensemble de cellules sensorielles […]