Réalisations

Vue d'ensemble

La Régie Intermunicipale des Déchets de la Rouge (RIDR) est un organisme municipal qui regroupe 35 villes et municipalités. En outre, il exploite un Lieu d’Enfouissement Technique (LET) à Rivière-Rouge.

Il y a également un Lieu d’Enfouissement Sanitaire (LES) qui n’est actuellement plus en opération sur le site de la RIDR. La RIDR dispose actuellement d’un Certificat d’Autorisation (CA) pour exploiter son LET et en souhaite un nouveau pour ajouter un centre de compostage sur son site.

Contexte

La RIDR souhaite réaménager un ancien centre de tri en un bâtiment fermé pour la maturation du compost et construire un nouveau bâtiment adapté pour le compostage (quatre piles statiques aérées). Le futur centre de compostage de catégorie 1 aurait une capacité de 3,170 tonnes/an et viendrait remplacer les activités de compostage des résidus verts existantes. Ces installations requièrent un Certificat d’Autorisation qui doit être émis par le Ministère du Développement Durable de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MDDELCC). Pour cela, la RIDR doit réaliser une étude d’impact odeur avant les travaux de réaménagement et construction pour appuyer sa demande de CA.

La RIDR veut également profiter de l’occasion, même si cela n’est pas requis par le MDDELCC, pour faire l’étude de dispersion des odeurs du site d’enfouissement existant (Lieu d’Enfouissement Sanitaire (LES), Lieu d’Enfouissement Technique (LET), bassins de lixiviation). Dans ce cas, cette étude permettrait d’évaluer les sources d’émission d’odeurs et de prévoir le cas échéant des mesures d’atténuation.

Odotech a été mandaté pour la réalisation de ces deux études liées aux odeurs : la première consiste à mesurer l’impact des odeurs émises par le site selon sa configuration actuelle et la deuxième étude consiste en une étude d’impact odeur du projet de centre de compostage fermé en situation projetée.

Défi

Le site d’enfouissement en opération (Lieu d’Enfouissement Technique (LET), bassins de lixiviation, compostage de résidus verts) émet des odeurs et le compostage sous bâtiment représente un risque d’odeur qu’il est souhaitable d’évaluer. Le LES qui n’est plus en activité pouvant encore émettre des odeurs, il est préférable de le caractériser également, seulement il faut choisir le bon emplacement pour réaliser des prélèvements d’odeurs représentatifs pour une surface si grande.

Solution

Afin de répondre à la demande de la RIDR, Odotech propose de réaliser une étude d’impact odeur du site existant et une autre du projet de compostage.

Pour la caractérisation des odeurs du Lieu d’Enfouissement Sanitaire (LES) une cartographie des émissions de biogaz avec un détecteur à ionisation de flamme (FID) portatif est réalisée au préalable afin d’identifier les bons emplacements pour les prélèvements des odeurs.

Odotech procède ensuite à des échantillonnages en chambre de flux directement aux différentes sources du site, les échantillons sont ensuite analysés sous 24h au sein du laboratoire d’olfactométrie d’Odotech à Montréal. Les résultats obtenus permettent de déterminer les taux d’émission réels de chaque source servant de base aux études d’impact des odeurs par modélisation de dispersion.

Bénéfices

Une étude d’impact des odeurs a été produite pour le site d’enfouissement et une autre pour le projet de compostage.

Il faut d’abord mentionner qu’il n’existe pas de norme provinciale pour les odeurs. Le MDDELCC donne plutôt des lignes directrices pour les odeurs qui concernent les activités de compostage et de biométhanisation.

Pour le futur site de compostage, les résultats indiquent que, sur la base des hypothèses considérées, les objectifs de réduction des nuisances olfactives du ministère sont respectés et que l’impact odeur attendue est très faible dans la configuration envisagée.

Pour le site d’enfouissement, les résultats de l’étude indiquent, à titre informatif, que sur la base des mesures effectuées en mai 2016 (haut niveau saisonnier des eaux de lixiviation), les objectifs de réduction des nuisances olfactives du ministère sont dépassés pour le site d’enfouissement dans sa configuration actuelle.

Malgré le dépassement des recommandations, l’étude a permis d’identifier les sources les plus importantes, ce qui permet à la RIDR d’envisager un plan d’action ciblé, notamment un deuxième échantillonnage du bassin d’accumulation des lixiviats dans des conditions normales de fonctionnement. Suite au nouveau prélèvement, la mise à jour de l’étude a permis de constater que l’impact des odeurs avec l’ajout de variation saisonnière (utilisant les deux valeurs d’échantillonnage) est moindre que dans la première étude et que les efforts de réduction doivent aussi se concentrer sur les couvertures temporaires.

Gestion et support

La caractérisation des odeurs et les études de modelisation ont été réalisées par Odotech Inc. basé à Montréal en collaboration avec la RIDR et ses experts, notamment en compostage.

L’acceptation sociale est un élément clef pour faire avancer les projets. La RIDR est consciente que la communication avec la population est importante et fait beaucoup d’effort dans ce sens. Les résultats des deux études sont disponibles sur le site internet de la RIDR et ont été présentées au comité de vigilance ainsi qu’à un comité ad hoc composé de représentants des riverains du site d’enfouissement qui se penchent actuellement sur les projets en développement.




Pour plus d'information sur la Régie Intermunicipale des Déchets de la Rouge, visitez son site web.

Consultez le résumé de l’étude de dispersion des odeurs pour le futur site de compostage.